Chapelet de « combat »
sur lacet très solide, grains en métal

Chapelet sur le modèle de ceux distribués aux soldats américains pendant la première guerre, avec la croix du pardon.

Avec médaille miraculeuse, médaille de saint Benoît et crucifix du pardon

17,00 

Catégories : ,

Description

L’histoire du Crucifix du Pardon

« Le Crucifix du Pardon a été présenté au Congrès Marial de Rome en 1904, avec l’appui de son Éminence le Cardinal Coullié, Archevêque de Lyon. C’est grâce au discours que lui ont tenu les Pères Lémann que le crucifix a obtenu l’approbation. Le projet d’une union autour de ce Crucifix du Pardon a été présenté à Sa Sainteté Pie X par le très éminent Cardinal Vivès, président du Congrès.

« L’inscription historique et sacrée de la royauté de Jésus apparaît dans une inscription placée au-dessus de la tête du Christ [sur ce crucifix]. C’est un témoignage irréfutable contre les reniements et les audaces de l’impiété. Il est conservé à Rome, dans la basilique de la Sainte-Croix de Jérusalem, l’inscription réelle du Golgotha récupérée par Sainte Hélène. La relique écrite n’est pas complète ; il y a peut-être eu une division, et aussi l’âge l’a considérablement réduite. Deux mots, seulement deux mots brillent, respectés par le temps, Nazarenus Re, le Roi Nazaréen. C’est une prophétie écrite sur du bois : toutes les royautés passent, sauf celle du Nazaréen.

«  Au revers de la croix, au centre, le Sacré-Cœur resplendit avec deux inscriptions rappelant la tendre miséricorde du Sauveur ; l’une est la première parole du Christ sur la Croix : « Père, pardonne-leur » ; l’autre est la prière d’amour prononcée contre l’ingratitude, dans le sanctuaire de Paray-le-Monial : « Voyez ce Cœur qui a tant aimé les hommes ».

« En bas, la figure de la Vierge surmontée d’une étoile occupe le pied de la croix, qui est vraiment la place de Marie. Elle se tient là pour dire à toute âme égarée :’N’oublie pas les douleurs de ta Mère’. Elle dit : « Je suis la consolatrice ». Le désespoir murmure qu’il est trop tard ; Elle dit : « Entre tard et trop tard, il y a un abîme, voici tout le sang de mon Jésus, voici mon dévouement maternel pour toi ».

Rescrit pontifical de juin 1905, à M.M. les Abbés Lemann :

Préfet de la Sacrée Congrégation des Indulgences

Aux fidèles qui embrassent pieusement ce Crucifix et obtiennent ces précieuses indulgences, nous recommandons d’avoir en vue les intentions suivantes : Témoigner de l’amour pour Notre Seigneur et la Sainte Vierge ; de la gratitude envers notre Saint-Père le Pape ; implorer la rémission de ses péchés ; la délivrance des âmes du Purgatoire ; le retour des nations à la Foi ; le pardon entre les chrétiens ; la réconciliation entre les membres de l’Église catholique.

Par un autre rescrit pontifical du 14 novembre 1905, saint Pie X, a déclaré que les indulgences attachées au Crucifix du Pardon sont applicables aux âmes du Purgatoire.