Abbé Meinvielle
De la cabale au progressisme

24,00 

Description

480 pages.

« De la cabale au progressisme » est un de ces rares livres à nous donner des lumières fortes et des idées clés pour comprendre l’essence et le fond des erreurs répandues aujourd’hui dans le monde et dans l’Église. Quelques pensées de ce livre en valent cent autres : il y a de la sagesse.

Parmi ces idées maîtresses, j’en relève deux dans cette préface sans prétention. Tout d’abord, ce livre s’inscrit dans la ligne des « Deux cités » de Saint Augustin ou dans celle, plus récente, de la « Théologie de l’histoire » du Père Calmel. Il décrit sans manichéisme la lutte irréductible entre la Cité de Dieu et la Cité de Satan tout au long de l’histoire et son paroxysme dans notre siècle. La trame cachée et réelle de l’histoire est l’opposition entre vraie tradition et fausse tradition. L’apogée de la cité de Satan, cité de l’homme, cité de la révolution, c’est le triomphe — pour l’instant —, de la fausse tradition à l’intérieur de l’Église, présentée comme la vraie cité de Dieu par les théologiens et la hiérarchie catholiques.

Deuxièmement il jette sur ce fait un regard théologique. Il y a un fond gnostique dans le néo-modernisme — développement actuel du modernisme condamné par le pape Saint Pie X — introduit par le biais de la philosophie et, en conséquence, de la politique modernes.

+ Alfonso de Galarreta

Madrid, en la Fête-Dieu 1998

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Abbé Meinvielle
De la cabale au progressisme”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.