Scapulaire de N. D. du Mont Carmel

2,00 5,00 

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Description

Le scapulaire est le vêtement des Carmes, religieux de la sainte Vierge. Celle-ci a promis que quiconque, même non religieux, le porterait avec respect serait protégé par elle durant la vie et préservé de l’enfer.

De plus, ceux qui réciteront le chapelet chaque jour et respecteront les règles de la chasteté seront délivrés du purgatoire le samedi suivant leur mort.

Il doit se porter comme le font les religieux, autour du cou, pendant sur la poitrine et dans le dos. Il ne suffit donc pas de l’épingler sur les vêtements. Les images cousues sur le scapulaire sont facultatives

Le scapulaire doit impérativement être imposé et béni la première fois par un prêtre. Ensuite, la bénédiction passe à tous les scapulaires que l’on porte en remplacement (comme pour tout habit religieux). Toutefois, quand on n’a pas de prêtre disponible on peut louablement revêtir le scapulaire soi-même en attendant de se le faire imposer. Ceci est vrai par exemple pour les grands malades.

Isidore Bakanja, jeune martyr du scapulaire

Né au Zaïre vers 1885, baptisé le 6 mai 1906 et revêtu ce même jour du scapulaire du Carmel, Isidore Bakanja se distingue très tôt par sa piété et sa foi exemplaire. Embauché comme maçon dans une entreprise de travaux publics, il est vite en butte à l’hostilité du gérant, ennemi fanatique du catholicisme. Alors que celui-ci lui ordonne d’ôter son scapulaire, le jeune homme lui répond calmement : « Maître, tu exiges que j’enlève l’habit de la Sainte Vierge. Je ne le ferai pas. En tant que chrétien, j’ai le droit de le porter ». Le maître ordonne alors de le faire fouetter. Plus tard, il le lui arrache et le jette à son chien, et le fait à nouveau fouetter puis jeter en prison, à demi-mort. Isidore décède de ses blessures le 15 août 1906, non sans avoir pardonné à son bourreau et assuré qu’il prierait beaucoup pour lui au Ciel.

Informations complémentaires

Taille

8 x 6 cm, 4,5 x 5 cm